Ecrire du dedans

« J’aime écrire loin des villes que je décris. Avec la distance, la mémoire établit des connexions surprenantes entre les choses. Sur place, on a trop tendance à aller vérifier. Cette tentation du réalisme peut être dangereuse. Je préfère de beaucoup l’approche impressionniste. »

 

zanzibar juillet 08 Borge 049ll faut écrire, écrire, sans s’arrêter, sans trop se poser de questions. Tant que ce n’est pas fini, on n’est pas bon juge. 

Céline Curiol

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :