Une malle

« La veille au soir, tu avais écrit dans ton carnet noir le verbe… » (Emmanuel David, Une légère rotation). Coudre. Il te fallait à présent tenter de recoudre les morceaux éparpillés de ton histoire familiale. Le bateau ayant pris l’eau, tu avais jeté les vieux magazines jaunis, les vêtements surannées, les bottes percées et les outils... Lire la Suite →

De l’autre côté

Je les regarde, ils bougent de moins en moins. Certains dont les pinces sont emmêlées entre les mailles rouge vif et la corde verte, s’accrochent désespérément les uns aux autres, ils se frottent, se palpent, est-ce que la proximité d’un congénère les rassure lorsque la mort est si proche ? Autour du bateau, les pêcheurs ont... Lire la Suite →

Et la dune

« Il sentit sur lui pour la première une pénétrante odeur de mort » (Baricco, Océan mer). Il se leva, caressa du regard la baie, le sable sombre, les carapaces de crabes éventrées par les mouettes, l’écume des vagues, les dunes balayées par le vent. Le crachin s’infiltrait à présent dans son cou, entre ses bottes et... Lire la Suite →

Premier jour

Aujourd’hui, c’est le premier jour. Le premier jour de ma vie. Je me lève, je n’entends ni les vagues houleuses, ni les cris des mouettes, pourtant elles sont là, à quelques mètres, tandis que l’horizon tangue sous mon regard. J’ai laissé derrière moi les concerts, les répétitions, les engagements amicaux et familiaux. Cela fait plusieurs... Lire la Suite →

Les lettres s’effacent

Ce matin, le ciel a perdu toute texture, on ne sait ni où il commence ni où il s’arrête. Les mâts des bateaux ne vibrent plus dans le vent, tout est tellement immobile que j’en ai la chair de poule. Heureusement au loin je perçois le cri d’une mouette qui traverse la baie de Lillebælt.... Lire la Suite →

Envol

  A peine huit heures. Nous longeons la plage du phare pour rentrer à la maison. Sur notre droite, un mouvement anime soudain les vagues et nous découvrons les dos arrondis de trois ou quatre marsouins qui viennent prendre leur respiration à quelques mètres de nous. Ils surgissent trois fois et disparaissent à nouveau pendant... Lire la Suite →

Atelier mensuel au café littéraire Parade à Bruxelles

Au petit déjeuner ? Ecriture !   Au réveil notre imaginaire est encore vif, notre créativité en éveil, c’est l’heure idéale pour un petit-déjeuner d’écriture créative ! Le café littéraire Parade à Saint Gilles nous accueille parmi les livres et les coussins. On s’imprègne du lieu, on se reconnecte à soi-même, on commande un thé, un croissant ou... Lire la Suite →

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑